• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 19 juin 2008

EMT Voix du nord 19 juin 2008

Posté par lefenneccgt le 19 juin 2008

Contrats d’évaluation en milieu de travail : la CGT dénonce une main d’oeuvre gratuite

jeudi 19.06.2008, 04:54La Voix du Nord

|  SOCIAL |

MCA, les hypermarchés ou les plus petits commerces sambriens utilisent les évaluations en milieu de travail (EMT). Parfois en nombre. « De la main d’oeuvre gratuite », dénonce la CGT ; « Un bon outil d’évaluation et un possible tremplin avant embauche », répond l’ANPE.

Plus de huit cents contrats d’EMT d’un coup, ça ne passe pas inaperçu. Et forcément, dans le tas, quelques-uns de ces contrats ont mal fini. C’est arrivé aux oreilles des responsables de l’union locale CGT, qui se sont renseignés et ont organisé une conférence de presse, lundi matin. Selon eux, on assiste, dans le bassin de la Sambre à un usage abusif de ces évaluations en milieu de travail, permettant aux employeurs d’embaucher des personnes sans les payer, jusqu’à dix jours. «  De la main d’oeuvre gratuite », gronde la CGT, qui remplace les périodes d’essai des CDD ou des CDI.

Il existe deux sortes d’EMT (lire ci-contre). C’est principalement l’EMT préalable au recrutement qui intéresse la CGT : si recrutement il y a, autant que tout cela se passe dans le cadre d’une période d’essai, comme on en trouve dans les contrats « classiques », en CDD ou en CDI. Pour la CGT, les employeurs économisent ainsi une semaine.

Pire, ces employeurs sont payés ! Deux euros par jour et par personne en EMT, indique la CGT, versés par l’ANPE. «  L’argent des cotisations sociales paie les périodes d’essai ! », s’indignent les syndicalistes.

« C’est pas nouveau ! »

Jean-Paul Demailly calme le jeu. Chargé de mission à la direction déléguée Sambre-Avesnois, il indique tout d’abord que l’usine MCA, si elle a bien employé 880 personnes en EMT, a renoncé aux deux euros par heure et par personne. Il s’agissait, pour l’usine, de recruter 1 200 personnes au total, pour faire face à la production du nouveau Kangoo. Sur les 880 personnes prises en EMT, détaille Jean-Paul Demailly, 675 ont été retenues en intérim.

66 ont abandonné, 7 % étaient absents, les 9 % restant (soit 78 personnes) «  n’étaient pas faits pour ça ».

«  L’EMT, c’est un outil de mesures pour l’aide à l’embauche, poursuit Jean-Paul Demailly. C’est pas nouveau ! Ça permet à des demandeurs d’emploi de découvrir des métiers. C’est souvent le petit « plus », pour montrer ce qu’on est, ce qu’on peut faire. C’est souvent ce qui fait pencher la balance. C’est un système qu’on utilise depuis des années. » «  L’EMT est devenue un moyen pour les employeurs de disposer de main d’oeuvre gratuite, corvéable à merci, rétorque la CGT. Elle devait être utilisée avec parcimonie, et elle se systématise. L’effet d’aubaine est manifeste. Les employeurs bénéficient d’une période de travail gratuite et d’un prolongement de la période d’essai. Les embauches, quand elles ont lieu, ne sont pas le résultat de l’EMT mais répondent à la nécessité du marché de l’emploi. » Une Maubeugeoise de 50 ans, à la recherche d’un emploi depuis deux ans, évoque un autre aspect : elle a signé un EMT récemment, dans un magasin de vêtements. Pendant une semaine, elle a fait la route, déjeuné sur place, payé une nounou pour s’occuper de son enfant. Certes, pendant ce temps-là, elle a continué à toucher ses droits de l’Assedic. Mais elle a travaillé une semaine sans toucher de salaire. Pour obtenir un CDD d’un peu plus d’un mois cet été. «  On est obligé de passer par là pour trouver un CDD. Ils en profitent. » • V. T.

 Note de la Cgt: la personne  qui témoigne ne perçoit pas d’Assedic mais le RMI. il faut lire deux euros par heure et par personne que perçoit l’employeur

Publié dans presse | Pas de Commentaire »

 

loi malraux versailles |
Mairie de Grépiac |
Abel Desestress |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les nouvelles "Lettres de N...
| miloudmedj
| L' ÎLE DANS L'ÎLE