• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Libertés syndicales – Une délégation CGT au tribunal

Posté par France Insoumise le 26 février 2011

Ce jeudi 24 février, après s’être réunis pour décider des actions contre la répression syndicale en Sambre Avesnois, les camarades se sont rendu au Tribunal d’Instance pour l’affaire engagée par la mutuelle UDEVE contre la représentante CGT.

muriel.jpgParmi la délégation : André CHANDELIER, Secrétaire et Trésorier de l’Union locale, Edmond WANIC, Secrétaire Droits et Libertés, et Bernard MAIRIAUX représentant l’Union départementale CGT.

L’UDEVE qui a déjà contesté la nomination de notre camarade Muriel LEROY en tant que déléguée syndicale, entendait contester également sa nomination en tant que représentante de section syndicale, ce qui aurait eu pour effet de priver la CGT de toute représentativité.

Face à l’acharnement de la Direction, les structures de la CGT ont décidé d’un soutien sans faille à notre camarade.

La Direction qui a pourtant engagé l’affaire, ne s’est rendu à l’audience, prétextant de son indisponibilité et demandant un report postérieur aux élections du 8 mars 2011. Ce report sera forcément inopérant puisque c’est le résultat des élections qui décidera de la représentativité de la CGT dans le cadre de la loi du 20 août 2008.

Bien évidemment si la CGT obtient au moins 10% aux élections, elle sera fondée à nommer Muriel LEROY déléguée syndicale, dans le cas contraire Muriel LEROY perdrait automatiquement son mandat de Représentante Syndicale de Section. On voit là qu’il s’agit d’une procédure abusive qui démontre l’acharnement d’un patron dit du social !

Bien sûr la CGT obtiendra largement plus de 10% aux élections.

Conclusions de Fabrice PREUX qui plaidé pour la CGT Libertés syndicales - Une délégation CGT au  tribunal dans Cgt le Fennec pdfconclusionsudeve1.pdf

______________________

jessica.jpgNous rappelons l’action du 1er mars pour Jessica WATTIEZ qui commence ce jour là une grève de la faim, suite à l’acharnement de sa Direction.

En solidarité également avec Hervé CHAREYRE, dont la mesure de licenciement a été refusée par l’Inspecteur du Travail, qui fait l’objet d’un double appel au Ministère et au Tribunal Administratif et avec Muriel LEROY

herve.bmp

Publié dans Cgt le Fennec, Climat de travail, Elections, infos fennec, infos juridiques | Pas de Commentaire »

Grève de la Faim

Posté par France Insoumise le 16 février 2011

1481551566019124390165277279013081013762914n.jpg28257141063803996016527727909517893622380n.jpg

                                                                                                         Jessica au centre de l’Image

Grève de la Faim dans infos juridiques pdf communiquepressecgthdn1.pdf

Signez la pétition ICI

 

 

Publié dans infos juridiques | Pas de Commentaire »

Indemnitées journaliére l’employeur doit reverser l’intégralité!

Posté par France Insoumise le 12 février 2011

assurancemaladie1.jpg

Publié dans Actues, infos juridiques | Pas de Commentaire »

Manif Maubeuge 10 février

Posté par France Insoumise le 8 février 2011

cgt2.jpgcgteducaction.jpg

 

 

 

 

 

 

         

L’UNION LOCALE CGT APELLE À PARTICIPER À LA MANIF

 DE MAUBEUGE 10 FEVRIER

10 heures 30 – Espace Rive Gauche.

Tous Concernés !

L’éducation de nos enfants c’est leur avenir  

Depuis plusieurs années, les différents gouvernements s’acharnent à tailler dans les effectifs de la fonction publique réduisant à chaque fois un peu plus les services publics offerts à la population.

Dans l’Education nationale, c’est à un véritable plan social que nous assistons : les 16 000 suppressions de postes prévues pour la rentrée 2011 viennent s’ajouter à celles des cinq dernières années pour atteindre un total de 66 000 suppressions.

Les enseignants de la “Sambre” se mobilisent pour s’opposer aux suppressions de postes dans les établissements scolaires de la région. Plusieurs dizaines sont concernées.Le rectorat utilise des arguments mathématiques alors que nous connaissons les difficultés auxquelles se heurtent quotidiennement les enseignants, dans un bassin durement éprouvé par la précarité et le chômage. Les organisations syndicales d’enseignants, notamment la CGT, et les associations de parents d’élèves appellent la population à réagir en participant massivement aux initiatives prévues

rassemblement le jeudi 10 février, espace rive gauche à Maubeuge à 10h30

Mobilisation générale autour des lycées

    L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE 

  • Actualité Maubeuge

 

  • Mobilisation générale autour des lycées

    lundi 07.02.2011, 05:13La Voix du Nord  

    |  L’ACTUALITÉ DE LA SEMAINE |

    Ce sera sans nul doute Le sujet au coeur de l’actualité cette semaine en Sambre-Avesnois. …

    Après les premières annonces autour des suppressions de postes envisagées dans les lycées et la mobilisation déjà amorcée la semaine dernière (nos éditions précédentes), enseignants et parents d’élèves vont poursuivre leurs actions dès ce lundi.Manif Maubeuge 10 février

    Ainsi, du côté du lycée Lurçat, à Maubeuge, où l’on craint la disparition de 12 à 16 postes d’enseignants à la rentrée 2011, une heure d’information syndicale sera proposée à l’ensemble du personnel éducatif, les parents intéressés étant invités à venir s’ils le peuvent. Dans l’après-midi, une rencontre avec Annick Mattighello, conseillère régionale et maire de Louvroil, est également programmée pour les représentants des lycées du bassin. Mardi, des opérations « lycée mort » sont prévues à Avesnes-sur-Helpe (où une manifestation a eu lieu samedi matin, notre photo), au lycée Placide-Courtoy d’Hautmont où cinq postes sont menacés ainsi qu’à Lurçat, à Maubeuge. Des tracts seront distribués dans la journée en ville pour sensibiliser la population et l’informer en vue de la manifestation, prévue jeudi matin à Maubeuge et l’après-midi à Lille. •

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Circulation de l’information dans nos établissements

Posté par France Insoumise le 6 février 2011

 chatpeurhumouranimal.jpg

Procès-Verbal :

L’homme d’entretien  a marché sur la queue du chat, le chat l’a mordu….

Compte rendu de la maitresse de maison à l’AMP:

L’homme d’entretien  a marché sur la queue du chat, le chat l’a mordue. Conclusion :  L’homme d’entretien  souffre et il ne peut plus marcher.

Rapport de l’AMP  au moniteur éducateur :

Ce con d’homme d’entretien  a marché sur la queue d’un brave chat. Le chat l’a mordu et il a eu raison. L’homme d’entretien  souffre, c’est bien fait pour ses pieds. Il ne peut plus marcher, c’est une bonne occasion pour le foutre à la porte.

Rapport du moniteur éducateur à l’éducateur spécialisé :

D’après l’AMP, nous avons un homme d’entretien  qui est con et qui souffre des pieds après avoir marché sur la queue d’un brave chat qui l’avait mordu. D’après l’AMP, c’est le chat qui a raison. Nous partageons l’opinion de l’AMP, car même si on est mordu, ce n’est pas une raison pour marcher sur la queue des autres. Nous envisageons de mettre cet homme d’entretien  à la porte.

Rapport de l’éducateur spécialisé au chef de services :

D’après le moniteur éducateur,  l’AMP est devenu con parce qu’un homme d’entretien ne pouvait plus marcher à la suite d’une altercation avec un chat. L’AMP indique que c’est le chat qui a raison puisque c’est l’homme d’entretien qui a bravé le chat en lui mordant la queue. Le moniteur éducateur veut mettre l’homme d’entretien à la porte. A la réflexion, cette décision pourrait déboucher sur un procès et ce serait folie dans le contexte social actuel. La meilleure solution consisterait à mettre  le moniteur éducateur à la porte.

Rapport du chef de service au directeur :

Un éducateur spécialisé est devenu fou parce que son moniteur éducateur a écrasé la queue d’un AMP qui avait mordu son chat. L’éducateur spécialisé prétend que c’est le chat qui a raison. De toute évidence, cet AMP est con et l’éducateur spécialisé envisage de le mettre à la porte. Toutefois, l’expérience a prouvé que les cons n’ont jamais entravé la bonne marche de l’entreprise. C’est pourquoi nous pensons qu’il est préférable de nous séparer  de l’éducateur spécialisé.

Rapport du directeur. au Conseil d’administration :

Un chef de service  me signale qu’un chat est à l’origine de troubles graves au sein de l’entreprise. Les éducateurs spécialisés deviennent de plus en plus cons, ils se mordent la queue en marchant et veulent avoir raison des chefs de services qui sont devenus fous.
L’éducateur spécialisé a écrasé un AMP et le chef de service traumatisé prétend que seuls les cons sont capables de maintenir la bonne marche de l’entreprise. Nous envisageons de le mettre en retraite anticipée.

Publié dans humour | 4 Commentaires »

Le MEDEF parle d’un monde qui n’existe pas

Posté par France Insoumise le 5 février 2011

lhuma1238407727.jpg

Éric Verhaeghe : « Pourquoi je claque la porte du Medef »

vendredi 21 janvier 2011, par Comité Valmy

ericverhaegle.bmp

Le MEDEF parle d’un monde qui n’existe pas

Non, le coût du travail n’est pas trop élevé, c’est la rapacité de l’oligarchie qu’il faut attaquer  ! Ex-directeur des affaires sociales de la fédération patronale des assurances, Éric 
Verhaeghe claque la porte du Medef. Il dénonce une doctrine économique qui met en péril la société et la démocratie.

Vous venez de quitter avec fracas le Medef que vous représentiez dans de nombreux organismes paritaires comme, par exemple, l’Apec, la Cnav ou encore l’Unedic. Dans le même élan, vous publiez un livre dans lequel vous remettez en cause, un à un, tous les dogmes économiques du patronat. Quel a été le déclic  ?

Éric Verhaeghe. J’ai voulu exercer un droit d’inventaire sur la pensée économique dominante depuis quarante ans. Né à la fin des années 1960, je suis d’une génération qui n’a jamais connu que la crise, une génération qui a vécu dans la nostalgie des Trente Glorieuses. Avec l’implosion du modèle soviétique, quand l’économie de marché est restée comme seul système global, il y a eu un pari  : plus on développera ce système, plus vite on arrivera à l’essence du marché en concurrence libre et parfaite, plus vite on sera prospères et on renouera facilement avec la croissance des Trente Glorieuses. Pendant la décennie 1980, on a fait de la privatisation à tout-va  ; pendant la décennie 1990, on a abaissé le coût du travail – on a quand même dépensé 1,5 point de PIB en allégements de charges… Le résultat est terrible. En réalité, au bout de quarante ans, non seulement ça ne va pas mieux, mais au contraire, le système est en train de s’autodétruire. Cette crise n’est pas imputable à la rigidité du marché, mais au contraire, à sa flexibilité. Cela oblige à remettre en cause nos vieilles croyances. Collectivement, les élites de ce pays ne peuvent plus continuer à soutenir que les recettes d’avant 2008 vont nous sortir du marasme, elles sont la cause de la crise  !

« Prédateurs », « nomenklatura capitaliste », « médias stipendiés par le pouvoir »… Ce vocabulaire fleuri auquel vous recourez dans votre livre peut surprendre venant d’un acteur du système…

Éric Verhaeghe. Ce sont les mots de quelqu’un qui a vu… Aujourd’hui, chacun doit prendre sa responsabilité. Je m’adresse aux citoyens. Et les patrons sont des citoyens, aussi. Croire que travailler dans l’univers patronal signifie endosser forcément des doctrines qui sont dangereuses pour l’économie de marché est une erreur. Et je dis très clairement qu’aujourd’hui la doctrine du Medef est dangereuse parce qu’elle est potentiellement productrice d’un risque systémique. À mes yeux, ce qui ressort de la crise de 2008, c’est que la pérennité de l’économie de marché tient beaucoup plus aux salariés qu’à leurs patrons.

En démontant les impératifs catégoriques de la modération salariale et des baisses d’impôts, vous vous attaquez au cœur des revendications traditionnelles du patronat. 
Le Medef n’est donc pas aussi « réaliste  » qu’il le prétend  ?

Éric Verhaeghe. Le Medef de Laurence Parisot nous parle d’un monde qui n’existe pas. Il nous parle de gens trop payés, d’un État qui a trop de recettes fiscales, il fait un certain nombre d’observations économiques qui sont totalement à côté de la plaque. Je me souviens d’une réunion, au mois de novembre 2008, sur la protection sociale, où les patrons présents se sont livrés à un exercice de comparaison de leurs retraites chapeau. Ce jour-là, on avait sorti un listing avec les 500 plus grosses retraites chapeau de France, et la seule question qui se posait, c’était  : qui est dans le top 100  ? La réalité de la France, aujourd’hui, la voilà  : d’un côté, des salariés qui ont envie que ça marche, et de l’autre, un certain nombre de patrons dont la première préoccupation en temps de crise est de vérifier qu’ils sont mieux payés que les autres. J’appelle ça le syndrome « 10 mai 1940  »  : en pleine tourmente, l’obsession de l’état-major est de s’occuper de ses prébendes. Est-ce que mes mots sont durs  ? Oui, ils le sont, mais parce que la réalité l’est  !

À maintes reprises, vous comparez les privilégiés d’aujourd’hui à la noblesse de l’Ancien Régime…

Éric Verhaeghe. Le paradigme de 1789 permet en effet de comprendre notre époque… Avant la Révolution, il y a une crise des finances publiques et une crise économique  ; les élites en profitent et ne veulent surtout pas faire le moindre effort pour enrayer la crise. Aujourd’hui, nous avons un phénomène absolument identique  : par exemple, mesure-t-on bien que la dette publique, c’est de l’épargne garantie pour les très gros revenus  ? Lorsque Liliane Bettencourt reçoit un chèque de 30 millions d’euros au titre du bouclier fiscal, ce chèque est financé par de la dette que Liliane Bettencourt achète sous la forme d’emprunts d’État et, du coup, quand on la rembourse, on lui fait un nouveau cadeau. Le bouclier fiscal est une opération de passe-passe qui permet d’accroître le patrimoine des gros revenus en le faisant financer par l’écrasante majorité des citoyens.

Alors que Denis Kessler, longtemps figure de proue des assurances et du patronat tout court, s’était réjoui de l’élection de Nicolas Sarkozy qui devait, selon lui, permettre de rompre avec l’héritage du programme du Conseil national de la Résistance (CNR), on peut, à vous écouter, vous imaginer plus proche de certains des objectifs de ce même CNR… « L’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie  », cela vous parle  ?

Éric Verhaeghe. La Sécurité sociale telle qu’elle existe n’est plus la déclinaison de cet objectif. Aujourd’hui, ce sont les salariés qui portent l’essentiel du financement de la protection sociale. En 1945, le travail était la source de la richesse, mais en 2010, le travail l’est beaucoup moins. Il y a une très grande partie de la richesse qui est aujourd’hui produite à partir de l’argent lui-même… Continuer à asseoir la Sécurité sociale sur le seul travail, cela conduit à faire porter aux salariés un poids exorbitant. On a un sujet de fond, là…

Par votre position professionnelle de directeur des affaires sociales à la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA)…

Éric Verhaeghe. Ex-position professionnelle  ! Je ne suis 
pas encore licencié, mais c’est en cours…

… Vous pouvez être soupçonné de vouloir faire le jeu des assurances privées qui lorgnent sur le magot… Éric Verhaeghe. Eh bien, je vais vous répondre de façon transparente. Lorsque la FFSA a proposé, en novembre, de défendre auprès du Medef une position consistant explicitement à baisser le rendement des retraites pour favoriser la vente de produits d’assurance, j’ai écrit à Bernard Spitz (président de la FFSA – NDLR) que je n’étais plus d’accord avec ces positions. Je lui ai fait part de mon intention de partir et, ce faisant, d’abandonner tous mes mandats au sein des organisations patronales.

Est-ce que l’on débat à l’intérieur du Medef  ?

Éric Verhaeghe. Sur les retraites, il y a eu un vrai débat parce que ce dossier était suivi par Jean-François Pilliard, de l’UIMM. C’est un vrai professionnel, c’est un vrai homme de dialogue. Sur le droit du travail, il n’y a aucun débat au sein du Medef  : il y a un comportement extrêmement autoritaire que j’ai qualifié, et je persiste, d’immobilisme brejnevien.

Quel tableau  !

Éric Verhaeghe. Quand j’étais petit, dans ma famille d’artisans du bâtiment, on disait déjà  : « Il y a trop de charges  !  » Trente ans plus tard, les grands patrons continuent dans la même veine. Ce discours est éternel dans le patronat, petit ou grand, quelles que soient les époques, quel que soit le montant des cotisations. Ce qui nous manque aujourd’hui, c’est une capacité à remettre en cause les tabous de la pensée unique. Et ça, c’est sûr que le Medef n’a aucune intention 
de le faire. En dehors de sa litanie traditionnelle – « soulageons-nous de toutes les charges que nous avons  » –, il n’y a pas de pensée…

En même temps, ça marche  : il suffit de regarder les montants en jeu…

Éric Verhaeghe. 30 milliards d’euros par an d’allégements de charges  !

Comment rompre avec 
ce système où la société paie à la place des détenteurs 
du capital  ?

Éric Verhaeghe. La question n’est pas de savoir s’il faut des allégements de charges… Peut-être qu’il en faut, après tout  ! Le vrai sujet, c’est le contrôle démocratique qui s’exerce. Et ce qui n’est pas admissible, c’est de faire vivre le mythe d’une économie de marché qui serait opprimée par l’État, alors qu’en réalité, l’économie de marché est subventionnée par le contribuable et qu’elle refuse dans le même temps tout contrôle sur les subventions qu’elle reçoit. Je préconise la transparence. On peut reprendre un système simple, prévu par la Déclaration de 1789  : « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.  » Dès lors qu’on met 1 euro public dans une activité, le citoyen doit avoir le droit de demander des comptes sur l’utilisation de cet euro.

D’une manière plus globale, il faut défaire l’emprise sur la vie sociale de quelques grandes entreprises, souvent issues du public, qui ont par leur structure capitalistique la capacité de dominer. C’est le cas fameux des entreprises dites «  too big to fail  » (trop grosses pour faire faillite – NDLR). Alors que le citoyen est obligé de trouver un contrat d’assurance pour toute activité, les banques, par exemple, ont droit à la garantie gratuite de l’État, quoi qu’elles fassent. Il faut commencer par informer les citoyens sur les privilèges exorbitants de ces grands groupes, il faut qu’on en ait conscience collectivement et que ça soit choisi. Je suis partisan du démantèlement des très grandes entreprises  : dès lors qu’une entreprise atteint une taille qui la rend plus puissante qu’un État, il faut la démanteler. On sait le faire quand l’entreprise constitue une menace pour la libre concurrence. Je ne vois pas pourquoi on n’aurait pas ce pouvoir dès lors qu’elle menace la souveraineté des peuples.

Singulier parcours d’un affranchi

« Vous n’arriverez pas à me mettre dans une petite case », parie Éric Verhaeghe. Fils d’ouvrier grandi à Liège (Belgique), puisant dans la Révolution de 1789 une bonne partie de ses références politiques – «  La France, c’était ça pour moi, le peuple qui s’affranchit de la tyrannie  », écrit-il –, ce quarantenaire, au service de la FFSA et du Medef depuis 2007, a gardé de son parcours de haut fonctionnaire passé par l’ENA une certaine conception de l’intérêt général. Jusqu’ici tout va bien  !, le livre qu’il vient de sortir aux Éditions Jacob-Duvernet (19,90 euros), en témoigne à foison.

Entretien réalisé 
par Thomas Lemahieu

Social-Eco – le 20 Janvier 2011

 

Publié dans Actues, presse | Pas de Commentaire »

« Stop à la dénonciation »

Posté par France Insoumise le 3 février 2011

rumeurs.jpg

CODE PENAL (Partie Législative) 

Section 3 : De la dénonciation calomnieuse 


Article 226-10 

  

La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.

 

     La délation est devenue une pratique courante au Fennec et dans d’autres établissements, au nom de la Sacro-Sainte culture d’entreprise, la solidarité entre les travailleurs s’émiette. L’aliénation des travailleurs à l’employeur est le résultat d’un chantage à l’emploi. Souvent les délateurs se drapent de vertu, prétendant défendre l’intérêts des usagers! C’est ainsi que dans un établissement IME une salariée à été poursuivie pénalement et reconnue à terme innocente. Au Fennec un salarié a failli être licencié récemment.

        L’homosexualité d’une salarié fait l’objet de dénonciation prétendant qu’elle nuirait à son travail. Le délégué syndical Cgt a fait l’objet de nombreuses dénonciations calomnieuses, plus farfelues les unes que les autres. Des entretiens pour sanctions disciplinaires allant jusqu’au licenciement ont lieu suite à ces délations. Personne n’est à l’abri d’être la victime de ces pratiques.

        Les moyens utilisés vont des cahiers de bord, des fiches d’incidents aux tracts diffamatoires.

        Il est temps que ces pratiques cessent au plus vite, la Cgt par l’intermédiaire de deux de ces membres à déjà déposée plainte pour diffamation publique.

        Elle aidera tout salarié victime de diffamation ou de dénonciation calomnieuse à se défendre juridiquement et n’aura de cesse de combattre ces pratiques…. 

.

Publié dans Climat de travail, infos fennec | 1 Commentaire »

Les médicaments dangereux « la liste »

Posté par France Insoumise le 2 février 2011

large524922.jpg    Aprés le scandale du « Mediator » nous diffusons la liste des médicaments dangereux et sous surveillance de l’ AFSSAPS à destination des professionelles de santé! Et des personnes distribuant les médicaments dans les établissements.

téléchargez la liste: Les médicaments dangereux 47895714lalistedesmedicamentssurveillesparlafssaps1.pdf

Analyse de prescrire: ICI

 

Publié dans medicaments | 1 Commentaire »

 

loi malraux versailles |
Mairie de Grépiac |
Abel Desestress |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les nouvelles "Lettres de N...
| miloudmedj
| L' ÎLE DANS L'ÎLE