Restucturation du Fennec….

Posté par France Insoumise le 30 août 2011

LA CGT FENNEC

La restructuration du Fennec passe par un accord d’entreprise, seule la Cgt peut signer cet accord dans le cadre de la nouvelle loi sur la représentativité! À ce jour, aucune négociation n’a été véritablement ouverte… nous n’avons aucun chiffre, aucune garantie sur l’avenir des emplois! Il y statistiquement  plus de chance que 2012 voit la fin du monde qu’une signature d’un accord de restructuration par la cgt ….

___________________

Didier Cattiaux est à la tête du Fennec de Louvroil, un foyer de vie qui innove

lundi 29.08.2011, 05:15La Voix du Nord

Aujourd’hui, pour le bien-être des résidants, Didier Cattiaux souhaite repenser l’organisation du foyer.

|  LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

 

Pour être franc, le foyer de vie Le Fennec de Louvroil est beaucoup plus connu des Sambriens pour les batailles syndicales qui l’animent plutôt que pour sa structure en elle-même. Didier Cattiaux, directeur, nous entrouvre les portes d’un établissement qui depuis une vingtaine d’années se veut précurseur des politiques menées en faveur du handicap.

PAR NATHALIE WAROUX

Voici 25 ans, l’association du Fennec voyait le jour. Cinq ans plus tard, elle donnait naissance au foyer de vie Le Fennec, résidence du Pot-d’Argent à Louvroil, avec ces cinq pavillons accueillant 14 résidants chacun, une antenne administrative et un bâtiment consacré aux ateliers, le tout sur six hectares. Didier Cattiaux està sa tête depuis maintenant trois ans. « Auparavant, j’étais directeur d’un service tutélaire sur Cambrai ». Et auparavant encore, notre homme a travaillé 12 ans comme chef de service dans un service pour « jeunes adultes handicapés » dans le Valenciennois, son bassin de vie d’origine. « Ma venue à Louvroil est le résultat d’un parcours professionnel, d’un état des lieux de mes compétences. Le côté novateur de l’établissement m’a plu. Même si on ne maîtrise pas le savoir-faire de l’établissement, il est inscrit dans la politique menée en faveur de la personne handicapée », explique-t-il. Et cela depuis son origine. C’est sa raison d’être. Ici, pas de grille, pas de portes électroniques, « il est fréquent d’être accueilli sur le parking par des résidants ». Il est tout aussi fréquent que des résidants aillent au tabac seul, au restaurant…

Une organisation à repenser

Vingt ans durant lesquelles l’établissement ne s’est pas vu vieillir. Et qui oblige aujourd’hui le directeur à repenser son organisation, pour en faire une « organisation collective au service de l’individuel », et non plus calquée sur un modèle scolaire.

Cela passe par une recomposition des équipes en place, car « jusqu’ici, il y avait une équipe « hébergement » et une équipe « animation ». L’idée est de réaliser un plateau technique, mixant ces équipes, et affecté au service de chacun des cinq pavillons du foyer de vie ». Une réorganisation touchant la soixantaine de salariés du foyer, et nécessaire pour laquelle Didier Cattiaux s’est fixé, comme échéance, janvier 2012.

En trois ans, l’homme s’est déjà bien démené, bataillant pour conserver au Fennec cet esprit « novateur » qui l’a vu naître. Ainsi, plusieurs autres établissements du secteur, et du Valenciennois ont calqué leur système de sécurisation des médicaments sur celui du Fennec qui a choisi de travailler avec un pharmacien chargé de préparer les doses hebdomadaires à administrer aux résidants. « Le pharmacien nous a fait confiance. Il s’est équipé d’un logiciel spécifique et prépare l’ensemble des traitements dans son laboratoire », explique Didier Cattiaux. Ce même directeur a choisi d’innover aussi dans les fourneaux, puisqu’après s’être interrogé sur la qualité de la prestation cuisine, il a décidé de « tout réaliser sur place » en utilisant des « produits frais ». Enfin, il a voulu remettre le « le résidant au coeur du projet de l’établissement », en le faisant participer à toutes les réunions qui le concernent, car « rien ici ne se décide en son absence », glisse-t-il. « Nous avons même un conseil à la vie sociale, dont le président n’est autre qu’un résidant, qui se réunit trois fois par an. » Depuis peu, le foyer de vie bénéficie de l’appui de l’Association sociale de la région lilloise, qui « permet de bénéficier d’un plateau technique à l’échelon régional, de compétences que l’on a pas ». Il pourrait aussi bénéficier d’un petit coup de frais avec le travail d’un architecte missionné par Promocil visant à recréer du lien entre les pavillons et les espaces extérieurs d’un foyer qui n’a pas fini de nous surprendre. •

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

loi malraux versailles |
Mairie de Grépiac |
Abel Desestress |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les nouvelles "Lettres de N...
| miloudmedj
| L' ÎLE DANS L'ÎLE