• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

Inspection du Travail action du 24 janvier 2014 (presse)

Posté par France Insoumise le 25 janvier 2014

1621713_201889700009474_295959989_n1618630_728297403861561_66251590_n

Vendredi 24 soir, en marge des vœux de l’Agglo, une action de sensibilisation a été menée par les syndicats concernant l’inspection du travail de Maubeuge qui pourrait être supprimée.

http://www.dailymotion.com/video/x1a9f6y

lavoixdunord

Ce vendredi soir, la CGT s’invite aux vœux de l’Agglo avec le dossier inspection du Travail

Publié le 24/01/2014

Par J.-M. B.

La pression est maintenue sur l’éventuel départ de l’inspection du travail de Maubeuge vers Valenciennes.

2052922708_B971866874Z.1_20140124190306_000_GL01R8G7J.1-0

Parties visibles de l’opposition à l’éventuel départ de l’inspection du Travail de Maubeuge vers Valenciennes, les unions locales CGT, FO et CFTC se sont invitées vendredi soir, à la cérémonie des vœux, afin de sensibiliser les élus sur ce dossier au moyen d’une distribution massive de tracts. D’autres actions ont été menées en amont.

« Ce n’est pas pour casser les défenseurs des salariés que ce gouvernement a été élu. Maubeuge ne doit pas perdre une de ces dernières administrations d’État qu’elle accueille. La Sambre, qui souffre déjà beaucoup de la crise économique, doit cesser d’être sous-administrée. » D’emblée, la cellule Albert-Maton du Parti communiste donne le ton pour dire son opposition au projet de regroupement et en appeler à « une mobilisation citoyenne large (regroupant) les élus, les syndicalistes, les citoyens de toute tendance politique pour tour mettre en œuvre pour organiser la bataille pour conserver notre inspection du travail ».

L’union locale CGT a pour sa part interpellé Rémi Pauvros, député-maire, qui a écrit à Michel Sapin, ministre du Travail, à l’origine de cette réforme qui prévoit notamment des regroupements d’antennes comme celle de Maubeuge. Un courrier dans lequel le parlementaire fait le grand écart : d’un côté, il apporte tout son soutien au ministre pour le vote de cette loi et, de l’autre, dit ne pas accepter de voir disparaître l’inspection du Travail de Maubeuge, ainsi qu’il est prévu que cela se fasse si la loi passe. « Sachez, Monsieur le ministre, que vous pouvez compter sur moi pour soutenir votre projet de loi aussi bien en ce qui concerne la formation professionnelle, la démocratie sociale, mais également le renforcement des prérogatives des inspecteurs du travail prévu dans ce texte. Sachez, cependant, que sous aucun prétexte je ne pourrai accepter de voir disparaître l’inspection du Travail de Maubeuge, qui est devenue tout au long de ces dernières années un interlocuteur de confiance pour les élus et syndicats de ce territoire », écrit l’élu.

Publié dans lutte | Pas de Commentaire »

Cgt Maubeuge sur Canal FM « Inspection du Travail »

Posté par France Insoumise le 23 janvier 2014

index

ECOUTEZ ICI

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Menaces sur l’inspection du Travail de Sambre-Avesnois: actions et réactions

Posté par France Insoumise le 22 janvier 2014

Menaces sur l’inspection du Travail de Sambre-Avesnois: actions et réactions

Publié le 21/01/2014

Par J.-M. B.

La CGT maintient la pression sur l’inspection du Travail menacée de déménagement à Valenciennes.

1690488110_B971763837Z.1_20140109195450_000_GG71OO3G1.1-0

Menaces sur l’inspection du Travail de Sambre-Avesnois: actions et réactions  empty

Partira, partira pas ? La CGT n’attend pas que se concrétisent les menaces de départ vers Valenciennes de l’inspection de Maubeuge pour agir. Comme on a pu le lire dans notre édition du vendredi 10 janvier, les services du ministère du Travail installés boulevard de l’Europe et qui rayonnent sur la Sambre-Avesnois sont sur la balance en vertu, si l’on ose dire, des conséquences de la loi Sapin qui prévoit une réorganisation de ces services au plan national.

Nationalement les salariés du ministère se sont exprimés à Paris le 22 octobre, devant le siège du Parti socialiste, où ils se sont enchaînés aux grilles des bâtiments de la rue de Solférino. Les manifestants répondaient là à un appel des syndicats CGT, FO, SNUTEFE-FSU et Sud travail pour protester aussi contre les suppressions de postes que va entraîner cette refonte. Localement ça bouge aussi, même si pour l’instant n’émerge que la CGT. Dernièrement Kamel Grazen, secrétaire régional du syndicat CGT des agents de contrôle, est venu de Dunkerque pour apporter son soutien de l’Union locale de Maubeuge réunie en assemblée générale. Le syndicaliste dénonce en vrac « la politique de réduction des coûts, les fermetures, le service non rendu, les difficultés des salariés » et met l’accent sur l’éloignement qui découlerait de cette fermeture. Il est vrai qu’avec les 72, 55 et 40 kilomètres qui séparent Fourmies, Avesnes-sur-Helpe et Maubeuge de Valenciennes, on ne peut pas vraiment parler de rapprochement.

Localement toujours, les élus ont été alertés, à l’exemple de la motion proposée au conseil de Bavay par Marie-Aline Bréda, élue PCF bavaisienne. Les unions locales vont être mobilisées, à l’instar de celle de Maubeuge qui a voté à l’unanimité une motion de refus qui va être distribuée en quantité le vendredi 24 janvier en fin d’après-midi, en préambule à la cérémonie des vœux de l’agglomération Maubeuge val de Sambre prévue à la Luna. Ambiance.

Rassemblement Le Vendredi 24 Janvier 17H15

                                            Espace Sculfort( la Luna) Maubeuge

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Luttons pour que l’inspection du Travail reste à Maubeuge!

Posté par France Insoumise le 19 janvier 2014

                                           Rassemblement Le Vendredi 24 Janvier 17H15

Espace Sculfort( la Luna) Maubeuge

L’inspection du travail de Maubeuge rayonne sur Maubeuge Avesnes/Helpe et Fourmies, après la disparition des Prud’hommes de Maubeuge et Fourmies. C’est de nouveau à une institution défendant les travailleurs, que le Gouvernement s’attaque. Michel sapin continue l’œuvre de Rachida Dati en appauvrissant la Sambre/Avesnois de ses services publics. L’inspection du travail doit être transférée sur Valenciennes, Soit à 70 Km de Fourmies à 40 de Maubeuge. La disparition de se service de proximité est néfaste pour les travailleurs et ne permettra plus au Inspecteurs du Travail et Contrôleur d’exercer leur profession dans des conditions normales, laissant un peu plus les travailleurs sous le diktat patronal. Seul le MEDEF peut se réjouir de cette nouvelle.

La Cgt a donc décidé de lutter pour maintenir l’inspection sur le territoire, une première initiative est lancée en direction des élus, afin de les sensibiliser au problème. Nous appelons à un rassemblement  le vendredi 24 janvier à 17H15 espace Sclufort (la Luna) afin de distribuer une motion  aux élu(e)s et à la population profitant des vœux de agglomération Maubeuge Val de Sambre.

 Sur Facebook

la réforme sapin expliquait par Gérard Filoche (inspecteur du travail)

http://www.dailymotion.com/video/x16awf2

1385073_670466256304536_470466402_n

Publié dans Actues, Climat de travail, Générale, lutte | Pas de Commentaire »

Discours du syndicat Cgt Jeumont Electric Cérémonie de Funérailles de Michel BLONDEAU

Posté par France Insoumise le 15 janvier 2014

1511305_720908834600418_425399189_n

Mesdames, Messieurs,
Chers amis, Chers Camarades,

Chère Jocelyne,
A toute la famille

Jeudi dernier, notre syndicat a appris la disparition de notre ami et camarade Michel.

Ce fut un véritable choc…

Le choix de Michel nous a bouleversés….

Beaucoup d’émotion, de tristesse et d’incompréhension, pour tous ses camarades. A sa famille, à ses amis, la CGT présente son plus profond respect.

Aujourd’hui, nous rendons un dernier hommage à un syndicaliste métallo, un militant.

Parce que Michel n’a jamais courbé l’échine, au cours de sa vie militante bien remplie.

Il est entré à Jeumont-Schneider en 1976, comme Tourneur en petite mécanique.Il adhère à la CGT dans le début des années 80.

Elu représentant du personnel en 1985, Michel devient très vite un militant très actif,

Exerçant différents mandats et responsabilités syndicales.

Personnellement, je n’ai pas eu l’honneur de le connaître longtemps dans ma vie syndicale.

Mais, Michel reste bien présent dans la mémoire des luttes ouvrières

Que ce soit à Jeumont, dans notre Bassin, et bien au-delà…

Sur les trente années qu’il a passées à l’entreprise, 20 ont été consacrées à la lutte syndicale,

Pour le syndicalisme et le mouvement social,

Avec ses camarades de combat.

Michel a notamment participé activement aux grandes luttes

Pour l’emploi à JS,

Et particulièrement lors de la grève en 1993,

Avec l’occupation de l’entreprise pendant 15 jours, contre la scission de l’usine.

Michel y avait dépensé sans compter, son temps, son énergie,Toujours présent avec ses camarades.

Cette lutte fut exemplaire, avec une manifestation exceptionnelle à Maubeuge (plus de 10.000  personnes). Ce qui ne s’est jamais reproduit depuis.

C’est grâce à l’action déterminée de la CGT et des travailleurs que le projet patronal de scission de l’entreprise a été mis en échec.

Parmi les mandats de Michel, je n’oublie pas son action au CHSCT et au Comité d’Entreprise.

Michel était attentif aux conditions de travail. Il connaissait les méfaits de l’exploitation des travailleurs. Il a aussi été chargé du collectage des cotisations et Trésorier du Syndicat.

Disponible, dévoué pour son syndicat,

Michel était surtout un homme de lutte. convaincu de la réalité de la lutte des classes et de sa nécessité.Il refusait les compromissions avec l’adversaire de classe.

 

Comme le montre l’histoire sociale de notre pays,

Le Patronat a toujours réprimé les militants syndicalistes les plus combatifs.Et Michel était de ceux-là.

On ne peut pas évoquer Michel, sans parler de la lutte pour la défense des Libertés syndicales…., Libertés : avec un grand « L ».

Son nom est attaché au symbole bien connu de l’action régionale, pour « Les 3 de Jeumont », avec ses camarades de combat, Jean Paul & Philippe.

Michel et ses camarades ont du affronter la répression patronale durant de nombreuses années.

A l’entreprise, tout le monde savait que la direction voulait décapiter le syndicat CGT.

Il faut rappeler que le Directeur Général était aussi Président du MEDEF local et membre imminent de l’UIMM.

Pendant des années, Michel et ses camarades ont du fait face à un arsenal de pressions :

Brimades, Lettres recommandées, Sanctions, Mesures discriminatoires, Salaires et Classifications Bloqués…

On peut mesurer le courage qu’ils ont eu, face à l’ampleur de cet acharnement patronal,
Quand on sait, que « Les 3 de Jeumont » ont subi au total
24 procédures de licenciements successives, en 18 années, de 1987 à 2005.

Entouré de ses camarades, Michel n’a jamais cédé à ce harcèlement patronal intolérable, qui n’a pas entamé sa détermination, pendant toute cette période.

L’action syndicale, l’aide matérielle et financière de l’USTM et de la Région Métallurgie ont été déterminantes,
dans ce long combat édifiant et pénible.

Évidemment c’est toute la CGT,  qui s’est associée à cette action, pour les droits des travailleurs. Quand j’ai rejoint l’équipe syndicale, en 1998,J’ai pu mesurer combien la camaraderie, l’amitié et le soutien, sont essentiels dans un tel combat.

Les moments de détente et de bonne humeur, auxquels j’ai participé avec Michel sont des souvenirs inoubliables :

Les Saint-Éloi, les veilles de congés, mais aussi bien d’autres occasions, où nous nous retrouvions entre nous.

Michel, c’était le « Le Tcho ».

On l’appelait « Le Tcho », parce qu’il était le plus petit du syndicat,

Mais non le moins rebelle.

De lui, je garderai le souvenir d’un camarade,Et surtout du militant engagé qu’il était,Toujours droit et fidèle à ses idées.

Sur « Les 3 de Jeumont », 2 sont disparus :

Jean Paul en 2009 et aujourd’hui Michel

Jean Paul est décédé le 17 juin 2009, à l’âge de 63 ans.

Il avait participé à sa dernière manif, le 19 mars,

Avant d’être frappé par la maladie.

Jean Paul, ce n’était pas seulement un camarade,

C’était l’ami de Michel…., Notre ami à tous.

C’est d’ailleurs Michel, qui était ici, à ma place, en juin 2009

Pour lui rendre l’hommage du Syndicat.

Jean Paul, qui était le plus ancien, avait pris Michel « sous son aile ».

Fallait pas y toucher au « Tcho ».

Toujours à ses côtés, pour lui remonter le moral, c’était son 2ème père.

Mais, Michel avait aussi beaucoup d’autres amis à l’entreprise… (Bruno)Il me parlait souvent d’une autre grande figure du Syndicat,

Également un de ses grands amis :

Son « Tonton Jean », qui lui aussi nous a quitté (en 1990)

Il ne fait aucun doute que c’est grâce à tous ces militants combatifs,

Au service de la cause des travailleurs,

Ne pliant pas aux pressions patronales…

Que notre syndicat à Jeumont est aujourd’hui ce qu’il est :

Toujours resté fidèle :

  • A cette tradition de lutte
  • A ces valeurs de fraternité
  • Et à ces orientations de lutte de classe

 

Quelle fierté nous avons d’appartenir à un tel syndicat,Toujours présent,…. Toujours dans l’action.

Oui, nous sommes fiers de continuer ce combat pour l’idéal,Qui a animé tous ces militants de Jeumont.

Michel….,Camarade, …

Nous te sommes également reconnaissants pour ça.Toi aussi,….. tu as contribué à la richesse de notre action syndicale.

Jamais, tu n’as renoncé, …..face à l’offensive patronale. Ta vie militante a été très courageuse  Oui, tu resteras dans l’histoire du syndicat

Tous ensemble, aujourd’hui, nous te disons :

« Au revoir camarade »

Salut « L’Tcho »

jeanpaul1511305_720908834600418_425399189_n

La Cgt le Fennec en deuil

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Piqûre de rappel, ou historique d’un bobard!

Posté par France Insoumise le 11 janvier 2014

        La Cgt avait dénoncé la reprise du fennec par l’ASRL, à cette époque nous étions des menteurs, on agité le chiffon rouge, mais la mémoire du Net dévoile la vérité sur l’enfumage de la Direction!

lavoixdunord

Actualité Maubeuge   Article de 2010

Le foyer pour handicapés Le Fennec à nouveau sous tension

Publié le 05/03/2010 à 05h06

Structure unique en Sambre-Avesnois, le « foyer occupationnel » Le Fennec, situé rue Adolphe-Matha à Maubeuge, cultive aussi une autre particularité : celle de développer régulièrement des tensions internes.

Le foyer pour handicapés Le Fennec à nouveau sous tension

C’est de nouveau tendu au « Fennec », et sur plusieurs fronts. La perspective des élections professionnelles a fait monter la pression, au point que la création d’une nouvelle section syndicale porte la représentation à quatre organisations : CGT, majoritaire, Force ouvrière, Sud et CFDT.

Soit, dans le monde magique d’une parfaite équité, quinze adhérents potentiels par section pour cette association qui emploie soixante personnes et dispose de soixante-cinq lits. Sur ce plan-là, c’est peu de dire que la cohésion sociale de l’établissement se heurte en ce moment à de fortes divisions qui ont plus à voir avec des problèmes de personnes qu’avec des divergences syndicales.

C’est sur cette trame de fond que la CGT, par la voix de Fabrice Preux, est montée ces derniers jours au créneau pour exprimer ses inquiétudes quant à la situation du Fennec et sur un rapprochement de la structure avec l’ASRL, l’association d’action sanitaire et sociale de la région de Lille, une structure elle aussi spécialisée dans l’accueil des personnes handicapées et qui emploie mille salariés dans seize établissements répartis dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme. Crainte exprimée au vu de la signature d’un « accord de gestion » conclu entre le Fennec et l’ASRL : l’absorption de la première par la seconde, avec remise en cause des accords d’entreprise. Le tout sur fond de difficulté de trésorerie récurrente vécue chaque mois par le Fennec. La CGT, qui n’est pas contre cet accord, se dit néanmoins « vigilante ».

Denis Cattiaux, directeur, se veut pour sa part rassurant et évoque un « apport de moyens techniques à long terme » excluant toute mise en commun des moyens ou transfert de tâches du Fennec vers l’ASRL. •

La Voix du Nord

cliquez ici pour article original

Publié dans Actues, infos fennec | Pas de Commentaire »

La Cgt exige une Inspection du travail à Maubeuge!

Posté par France Insoumise le 11 janvier 2014

A l’unanimité l’Assemblée Générale des syndicats Cgt  de l’Union Locale a décidé d’adopter cette motion. Des actions de défense pour une administration locale des services de l’Inspection du Travail auront lieu.

En PDF la motion de la CGT   fichier pdf motion 2

 Voir article Presse

La Cgt exige une Inspection du travail à Maubeuge! dans Actues

 

MOTION DES SYNDICATS CGT DE L’UNION LOCALE CGT DE MAUBEUGE ET ENVIRONS

-

Nous apprenons que l’Inspection du Travail de Maubeuge pourrait être prochainement supprimée. Cette décision fait suite à la réforme gouvernementale engagée par le Ministre du Travail  Monsieur SAPIN.

Outre les centaines de suppressions d’emploi d’Inspecteurs et de Contrôleurs du Travail annoncées au niveau national, c’est la suppression de plusieurs sections territoriales proches des salariés qui est envisagée, dont la section Sambre-Avesnois.

C’est ainsi qu’il est prévu de centraliser l’Inspection du Travail de Maubeuge sur Valenciennes. Ce qui aura pour conséquence des difficultés très importantes pour les salariés de contacter les agents de contrôle du droit du travail, pour se défendre…

Les agents du Ministère du Travail refusent ce plan de casse. Ils ont déjà participé massivement à plusieurs actions, grèves et manifestations, à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, SNUTEFE-FSU et SUD Travail. Notamment le 22 octobre 2013, lors d’une grève nationale (jour de la consultation des Organisations syndicales sur le plan SAPIN), en allant manifester au siège du Parti Socialiste, pour dénoncer… « Le pacte du P.S. avec les patrons pour casser l’Inspection du Travail au service des salariés ».

LE MEDEF EN REVE DEPUIS DES ANNÉES…. LE GOUVERNEMENT VEUT LE FAIRE !!!

La CGT dénonce cette poursuite de la  politique de casse des services publics par ce gouvernement qui satisfait les revendications de la droite et du patronat, qui ne cessent de réclamer des coupes sombres dans les dépenses publiques…

Rappelons que l’Inspection du Travail est plus que jamais un service public essentiel pour protéger les salariés des abus du patronat, alors que les besoins sont de plus en plus importants. Son autorité repose sur trois critères essentiels :

  1. Son indépendance, assurée par la convention 81 de l’Organisation Internationale du Travail,
  2. Sa fonction généraliste, qui lui permet une présence dans toutes les entreprises,
  3. Son maillage territorial de proximité qui la rend accessible à tous.

L’ENJEU POUR LES DROITS DES SALARIES EST DONC IMPORTANT !!!

Dans l’intérêt des  salariés, les syndicats de l’Union Locale CGT de Maubeuge et environs font leurs les revendications de l’intersyndicale :

  • Augmentation des moyens humains, matériels et législatifs de l’Inspection du travail, pour un Code du Travail véritablement protecteur des droits des salariés
  • Maintien d’une Inspection du Travail généraliste et indépendante, organisée dans des sections territoriales. Chaque salarié doit pouvoir à tout moment prendre contact avec l’agent de contrôle du secteur, quelle que soit la question en droit du travail.

C’est pourquoi, nous exigeons des pouvoirs publics

  • Des garanties pour le maintien de la section de l’Inspection du Travail de Maubeuge
  • Des moyens supplémentaires pour cette section de Maubeuge, afin d’améliorer l’accueil des salariés et les contrôles dans les entreprises.

-

Motion adoptée  par l’Assemblée Générale de l’U.L. CGT réunie à Maubeuge, Le 9 janvier 2014

Publié dans Actues, Générale, presse | Pas de Commentaire »

L’Inspection du Travail doit rester à Maubeuge!

Posté par France Insoumise le 11 janvier 2014

lavoixdunord

L’inspection du Travail de Maubeuge en partance pour Valenciennes?

Publié le 09/01/2014

Par J.-M. BOUTILLIER

Les plus vives inquiétudes sont exprimées sur le « service détaché » de l’inspection du Travail de Maubeuge dont le transfert à Valenciennes est à l’étude.

1690488110_B971763837Z.1_20140109195450_000_GG71OO3G1.1-0

Après la Banque de France et le conseil des Prud’hommes, serait-ce au tour de l’inspection du Travail de quitter Maubeuge, ce qui correspondrait à un nouveau retrait synonyme d’une nouvelle dégradation des services de l’État dans l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe ?

Le projet est dans les tuyaux dans le cadre de la loi Sapin, du nom du ministre du Travail. Selon la formule consacrée, rien n’est encore décidé… Mais, à une ou deux réserves près, l’administration s’emploie à présenter le dossier sous son meilleur profil.

Entrée en matière de Marc Pillot, directeur de l’unité territoriale de l’inspection du Travail de Valenciennes, dont dépend le « service détaché » de Maubeuge : « Il est exact que c’est une réforme qui doit conduire à de profondes transformations des unités de contrôles afin d’arriver à un cadre plus collectif qui induit des regroupements. Mais aucune décision n’est encore prise, c’est prématuré », entendez prématuré d’évoquer le départ du service de Maubeuge et de ses dix postes – neuf seulement sont occupés pour l’heure – vers l’unité de Valenciennes. Soit.

Il n’empêche. À une ou deux nuances près, Marc Pillot ne voit que des avantages à ce regroupement qui, dit-il, s’il se faisait bien entendu, garantirait une offre de service identique à celle en vigueur aujourd’hui, voire améliorée en ce qui concerne l’information faite aux usagers sur le droit du travail. Pour cette activité, l’idée serait de solliciter les collectivités locales, comme les mairies ou les intercos, afin d’ouvrir des permanences destinées à l’information du public. « Le but, c’est d’aller au devant des gens pour un meilleur service », dit Marc Pillot. Quant aux contrôles en entreprises, ils ne seraient pas moins nombreux selon le directeur, la seule difficulté résidant dans l’augmentation des déplacements à laquelle auraient à faire face les inspecteurs et contrôleurs.

Pour les syndicats, ça sent le Sapin

Enfin précise encore le directeur de l’UT valenciennoise, la réforme Sapin prévoit aussi des unités plus fortes et des spécialisations, avec renforts techniques en ce qui concerne les dossiers complexes, comme ceux liés à l’amiante par exemple. « L’organisation actuelle favorise la dissémination géographique des agents qui sont généralistes », plaide encore Marc Pillot. Un autre argument, purement vénal celui-là, penche encore en faveur d’un regroupement à Valenciennes, à l’heure où l’État a engagé une véritable traque pour réduire ses dépenses. Les locaux maubeugeois du boulevard de l’Europe coûtent cher dit Marc Pillot, et ceux de Valenciennes sont surdimensionnés par rapport à l’effectif. L’État envisage d’y regrouper des services de l’administration, sans distinction d’appartenance. Et tant qu’à faire, l’unité territoriale de l’inspection du travail valenciennoise préférerait accueillir des agents à elle.

Pour y parvenir, il faudra contourner quelques écueils. En interne, il existe une forte opposition syndicale et une toute aussi forte réticence de la part des personnels. En externe, il va falloir convaincre les élus et les syndicats. C’est loin d’être gagné. Les premiers sont en campagne électorale comme il n’aura échappé à personne. Et un service public qui disparaît en pleine campagne, ça fait tache. C’est tellement vrai que l’annonce, du départ ou du maintien, devrait être faite « au cours du premier semestre », avance Marc Pillot, sans plus de détails. Après les élections ? « Nous sommes en phase de réflexion avant une remontée au ministre, qui acceptera ou pas », ajoute-t-il. Quant aux seconds, persuadés que les jeux sont faits et que le service est sur le départ, ils sont déjà dans les starting-blocks.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Le Fennec dans la presse.

Posté par France Insoumise le 11 janvier 2014

lavoixdunord

Retour à la case départ au foyer Le Fennec à Maubeuge

Publié le 10/01/2014

Par La Voix du Nord

Les négociations sur le projet de fusion avec une association lilloise vont reprendre à zéro.

Changement de registre au foyer Le Fennec où un projet de fusion avec l’association ASRL (Association d’action sanitaire et sociale de la région de Lille) opposait les syndicats CGT et FO et la direction. Entamé au milieu de l’année 2013, le processus s’était grippé mi-décembre, au moment de la consultation du comité d’entreprise. Les représentants du personnel, estimant que l’information préalable n’avait pas été faite dans les règles, avaient refusé de se prononcer sur cette fusion. Au-delà, ils exprimaient des craintes sur le maintien des acquis sociaux pour les soixante-dix salariés de ce foyer pour handicapés.

Le jeudi 9 décembre, le dossier a été amené devant la justice par l’intermédiaire d’un référé en suspension. Les juges ne se sont pas prononcés mais la direction a présenté un nouveau projet qui propose de reprendre les négociations au point de départ. Rendez-vous le 21 janvier pour établir un calendrier de discussion et le 13 février, à nouveau devant le tribunal, pour acter la nouvelle position de la direction.

 

Publié dans Actues, Cgt le Fennec, infos fennec, presse | Pas de Commentaire »

Si la mémoire te fait défaut!

Posté par France Insoumise le 9 janvier 2014

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12
 

loi malraux versailles |
Mairie de Grépiac |
Abel Desestress |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les nouvelles "Lettres de N...
| miloudmedj
| L' ÎLE DANS L'ÎLE